L’Université privée de Fès se penche sur la «Génération Y»


L’Université privée de Fès se penche sur la «Génération Y»

Par
Youness SAAD ALAMI

«L’impact des TIC sur l’éducation: l’exemple des jeux vidéo éducatifs». Tel est le thème de la conférence qui a réuni un panel d’experts vendredi dernier, à l’Université Privée de Fès (UPF).  Pour ses initiateurs, cette rencontre vise à montrer l’intérêt d’Internet qui est devenu l’outil qui a facilité l’accélération des TIC, et le dispositif qui a conduit à la  révolution technologique. «La génération la plus concernée par ce boom technologique est  la Génération Y ou encore les Digital natives (natifs numériques)», estime Mohamed Aziz Lahlou, président de l’UPF. Selon lui, ces jeunes ont pour point commun d’être nés au milieu des technologies numériques et d’être modelés par elles dans leurs modes de vie et leurs valeurs. «Ces digital natives sont nés avec Internet et le mp3, le smartphone et les réseaux sociaux électroniques. Ils passent plus de temps à communiquer sur les espaces de socialisation virtuels que dans les espaces de communication réels.
Devant l’utilisation exponentielle des TIC, plusieurs questions se posent. Sommes-nous en mesure de contrôler et d’assurer un suivi éducatif de cette génération? Utilisons-nous les supports technologiques à bon escient? Et quel est le type d’espace socioéducatif préconisé pour la nouvelle génération Y? Pour bon nombre d’observateurs, «une nouvelle classe d’usagers des réseaux numériques est en train de révolutionner le monde». Elle produit, diffuse, et vend des contenus numériques non propriétaires, en s’appuyant sur les principes de la “nouvelle économie”. C’est ce que Joël de Rosnay appelle  le «pronétariat».
A ce titre, Allal Benayad, responsable des cours à l’institut français de Fès (IFF), souligne que la France a mis en place une politique volontariste de création d’outils numériques, et ce en vue de répondre à une demande de plus en plus forte des apprenants et locuteurs de français. Il a été procédé, ainsi, à la création d’un site proposant 40 clips vidéo tirés de web documentaires originaux, 80 ateliers de français de différents niveaux,  des exercices de compréhension, 220 mémos de lexique, grammaire, culture et phonétique, ainsi que 200 jeux. Il s’agit d’un site ouvert à tous et à la portée de chacun. Il propose des contenus culturels et pédagogiques innovants afin d’inciter les utilisateurs à apprendre le français dans les centres du réseau culturel français, comme l’Institut français. «La conception de ce site lancé par le ministère des affaires étrangères français en 2012, a été confiée à des partenaires institutionnels reconnus pour leur expérience et l’excellence de leurs pratiques», souligne Benayad. Ce dernier a également évoqué le succès enregistré par ‘’France université Numérique’’ (FUN), une plateforme qui compte actuellement 1 million d’inscriptions à 150 cours disponibles. Lancée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche en 2013, FUN est une plateforme d’hébergement où les établissements de l’enseignement supérieur français et leurs partenaires dans le monde entier, mettent gratuitement à disposition du grand public un panel varié de cours. En tout cas, grâce à ces outils, la France répond à une demande généralisée, celle des personnes désireuses de se former en français où et quand elles veulent, et celle du réseau culturel français, tel que l’Institut français, qui y trouve un véritable levier pour la promotion et le développement du français au plus proche de son public. «Une expérience à méditer», soulignent d’autres intervenants.

http://www.leconomiste.com/article/995782-l-universite-privee-de-fes-se-penche-sur-la-generation-y

 

 

Newsletter

Code antispam : 3629954
Nom:
Email:

Facebook