L’Université privée de Fès peaufine ses formations

Urbanisme, architecture de paysage et développement durable, en priorité Une centaine de nouveaux lauréats mis sur le marché de l’emploi


L’Université privée de Fès (UPF) vient de mettre sur le marché de l’emploi sa 7e promotion. En tout, une centaine de lauréats, diplômés en ingénierie en génie civil, ingénierie en génie informatique, licence en management, licence en logistique et transport, master en administration des entreprises et master exécutive en management des ressources humaines…
Ces jeunes ont reçu leurs sésames samedi dernier, en présence de Ahmed Tazi, directeur Machrek, Golfe et Organisations arabes et islamiques au ministère des Affaires étrangères, et Mohamed Berrada Rkhami, président de la CGEM Fès-Taza. Pour Mohamed Aziz Lahlou, président de l’UPF, «cette promotion célèbre une année charnière, sous le signe du développement durable. D’abord, parce que nous fêtons nos 10 années d’existence en tant qu’établissement d’enseignement supérieur». «Ensuite, nous avons ouvert cette année de nouvelles filières de formation en relation avec l’urbanisme et l’architecture de paysage. Deux filières très importantes pour le développement de nos villes et de nos territoires», renchérit Lahlou.
En effet, son université avait lancé de nouvelles filières comme le design, l’architecture d’intérieur, l’urbanisme et l’aménagement à l’Ecole supérieure des métiers de l’architecture et du bâtiment. Le maître-mot de sa 7e promotion est l’employabilité des lauréats. A ce titre, le président de la CGEM Fès-Taza a souligné l’importance et la richesse des formations proposées par la première université privée de Fès pour le développement régional. Des projets sont en cours pour l’essor économique de la région. «Et les lauréats auront de plus en plus d’opportunités d’emploi à l’intérieur comme à l’extérieur de la région vu leurs qualifications et compétences adaptées aux besoins du marché», indique Berrada Rkhami.

Par ailleurs, le premier campus universitaire privé de Fès répond à toutes les exigences de qualité d’un enseignement moderne aux normes internationales. Orientée vers les métiers de l’avenir, l’UPF propose aux bacheliers la possibilité d’intégrer quatre grandes écoles d’ingénieurs, de management, de tourisme, d’architecture et du bâtiment dans un espace (12.000 m2) équipé aux dernières technologies de la formation et de l’enseignement supérieur. Son initiateur, Somagef, un groupe qui a à son actif 27 ans d’expérience dans la formation et les nouvelles technologies, assure également les classes préparatoires aux grandes écoles d’ingénieurs et de commerce. En outre, l’UPF compte sur son partenariat avec l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU). Partenariat qui vise à mettre en commun leurs ressources et compétences pour permettre le développement de la formation et de la recherche dans le domaine de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire.

D’ailleurs, en plus de ses filières de formation en génie civil et en design et architecture d’intérieur, l’UPF a ouvert en septembre dernier deux formations à bac + 5 en urbanisme et en architecture de paysage». Rappelons enfin que cette université développe un axe de recherche transversal à l’ensemble de ses filières autour du thème «Bâtiments et efficacité énergétique». Cet axe de recherche fera également l’objet de collaboration avec l’INAU. Ceci, afin de développer des travaux de recherche autour des sujets d’avenir comme les villes intelligentes (smart cities), la ville résiliente, les éco-quartiers et les éco-cités, les TIC dans l’urbanisme, etc. A ce titre, un premier séminaire sur les villes intelligentes a été initié au sein de l’UPF, mercredi dernier, en présence de deux adjoints au maire de Fès.

L’Université privée de Fès peaufine ses formations

Newsletter

Code antispam : 3629954
Nom:
Email:

Facebook