Daoudi parraine la 6e promotion de l’UPF

 

Actu/Daoudi parraine la 6e promotion de l’UPF
Pour le ministre, le secteur privé est partenaire
A peine 700.000 étudiants au Maroc, le pays est très en retard
             
Lahcen Daoudi a posé pour une photo souvenir avec les 143 lauréats de l’Université privée de Fès. Le ministre de l’Enseignement supérieur affiche son ambition de doper les chiffres des étudiants marocains dans les secteurs public et privé
Il avait autorisé l’Ecole polytechnique de technologia à devenir la première université privée de Fès (UPF) en décembre 2013. Il a procédé, fin décembre 2014, à la remise des diplômes à ses lauréats. Lahcen Daoudi veut montrer qu’il encourage aussi l’enseignement supérieur privé. Pour lui, «c’est un partenaire privilégié pour former les cadres de demain». Ainsi, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique veut renforcer ce partenariat afin d’augmenter le nombre d’étudiants profitant de «formations de qualité». «Nous sommes plus de 35 millions de Marocains et n’avons malheureusement que 700.000 étudiants alors que d’autres pays comme la Corée du Sud ou l’Iran comptabilisent simultanément 3,5 et 5 millions d’étudiants». Une comparaison qui montre que le Maroc est très en retard par rapport au ratio «nombre d’étudiants/population». Elle vise aussi à encourager les jeunes à aller à «la recherche du savoir». S’exprimant au cours de cette visite, le ministre n’a pas manqué de signaler combien «les étudiants marocains étaient dépendants de leurs parents» et qu’il fallait les «pousser à travailler en période d’été, effectuer des stages, et accepter tout emploi pour se forger une personnalité et acquérir une première expérience».
Pour lui, les universités marocaines, aussi bien publiques que privées, sont appelées à passer de l’étape de l’éducation-formation à celle de la valorisation de la recherche et développement (R&D). Devant les invités de la cérémonie de graduation de la 6e promotion de l’UPF, Daoudi a souligné que «la mise à niveau du secteur de l’enseignement privé est devenue une nécessité afin de préparer les étudiants à relever les défis de la mondialisation».
A ce titre, le premier campus universitaire privé de Fès répond à toutes les exigences de qualité d’un enseignement moderne aux normes internationales. Orientée vers les métiers de l’avenir, l’UPF propose aux bacheliers la possibilité d’intégrer quatre grandes écoles d’ingénieurs, de management, de tourisme, d’architecture et du bâtiment dans un espace (12.000 m2) équipé aux dernières technologies de la formation et de l’enseignement supérieur. Son initiateur, Somagef, un groupe qui a à son actif 26 ans d’expérience dans la formation et les nouvelles technologies, assure également les classes préparatoires aux grandes écoles d’ingénieurs et de commerce. Selon Mohamed Aziz Lahlou, son président, «l’UPF a déjà formé quelque 744 lauréats». Et rien que pour la promotion parrainée par Lahcen Daoudi, 143 diplômes ont été remis. Y figurent 51 ingénieurs en génie civil, génie industriel et génie informatique, 39 masters en comptabilité, contrôle et audit (CCA), en administration des entreprises (MAE), et 51 licences en management.
Youness SAAD ALAMI

Daoudi parraine la 6e promotion de l’UPF


 

 

Newsletter

Code antispam : 3629954
Nom:
Email:

Facebook