English version

Les Bâtiments et Villes Durables

DECEMBRE 06–07, 2017, Fès-Meknès
Image

Plusieurs conférenciers, académiciens et professionnels, de renommée internationale, seront présents et donneront des conférences spécialisées. Le congrès se déroulera sous forme de conférences plénières d’académiciens et de professionnels, de communications orales et par affiches des Doctorants. Des tables rondes seront tenues à la fin de chaque session.

Les Bâtiments et Villes Durables

Au cours de cette dernière décennie, le royaume du Maroc a connu un développement exceptionnel dans la plupart des secteurs. Lors de sa formulation en 2005, la stratégie volontariste du pays, baptisée « Plan Emergence », avait pour ambition de redynamiser l’économie marocaine en se basant sur deux piliers essentiels. Le premier correspond à la refonte et à la consolidation du tissu industriel existant ; le deuxième propose en parallèle de miser sur d’autres secteurs stratégiques (aéronautique, télécom, valorisation industrielle des produits locaux, agriculture et produits de la mer, etc.)

Actuellement en 2017, nous estimons que le plan émergence n’aurait pas pu réussir sans amélioration et restructuration de l’infrastructure nationale. Nous parlons bien sur ici du secteur du bâtiment, du secteur routier, et des domaines connexes tels que le secteur de l’hydraulique et de l’environnement, etc.

Par ailleurs, le secteur énergétique et les contraintes écologiques constituent de plus des objectifs stratégiques à l’échelle mondiale. En effet, actuellement, le recours aux développements apportés par la physique moderne, dans le cadre de la recherche scientifique et technique, permettent de miser davantage sur l’éco-conception des bâtiments et sur une exploitation rationnelle des ressources de la nature.

C’est dans cette optique que l’Université Privée de Fès et l’Université Moulay Ismaïl, organisent le premier congrès sur « Les Bâtiments et Villes Durables », afin de discuter des nouveautés et des progrès nationaux et internationaux dans le domaine.

Le congrès sur «Les Bâtiments et Villes Durables » constituera un lieu d’échange entre différents intervenants universitaires et professionnels. On s’y intéressera aux aspects scientifiques et techniques, relatifs aux nouveautés dans le domaine, mais aussi à l’aspect réglementaire nécessaire à la mise en œuvre et à l’application des bonnes pratiques à l’échelle industrielle.

Thématiques:
Les axes de recherches abordés au sein du congrès se présentent somme suit :
  • Physique du bâtiment
  • Efficacité énergétique dans le bâtiment
  • Matériaux de construction et patrimoine
  • TIC, Modélisation et Simulation numérique dans la construction
  • Eco-conception en bâtiment et structures
  • Géotechnique appliquée au BTP
  • Réseaux de capteurs et Bâtiment connecté
  • Conception, ingénierie et environnement durable
  • Réseaux intelligents
  • Villes intelligentes

SOUMISSIONS

Toutes les contributions doivent s'inscrire dans les thématiques de cette manifestation. Les auteurs peuvent soumettre leurs papiers de communication rédigés en français ou en anglais (6 pages maximum) au format PDF avant la date limite en utilisant le lien suivant : https://easychair.org/conferences/?conf=bvd17

PUBLICATION

Un numéro spécial conférence du Journal scientifique indexé Materials Science and Engineering (IOP Conference Series) sera consacré à une trentaine de papiers qui seront sélectionnés par le comité programme. Les frais de publication négociées avec l’éditeur ont été fixées à 500 DH/ papier.

Le journal est indexé dans :

  • Conference Proceedings Citation Index – Science (CPCI-S) (Thomson Reuters, Web of Science)
  • Scopus
  • Compendex
  • Inspec
  • INIS (International Nuclear Information System)
  • Chemical Abstracts
  • NASA Astrophysics Data System
  • Polymer Library

SCImago Journal & Country Rank

DATES IMPORTANTES


Date limite de réception des propositions des communications

07 Octobre 2017 21 Octobre 2017

Notification des acceptations

07 Novembre 201711 Novembre 2017

Réception des confirmations de participation et des articles

20 Novembre 201725 Novembre 2017

COMITES

Comité d’honneur:
H. SAHBI Président UMI
M.A. LAHLOU Président UPF
S. DAOUDI Recteur UPF
Y.EL AMRAOUI ENSAM-MEKNES UMI
H. ELMIR FS Meknès UMI
A. BOUAYAD FSJES Meknès UMI
O. OUSSOUADDI Vice Président UMI
A. EL OUALI Vice Président UMI
Comité d’organisation
M. KEROUAD FS -UMI M.ASBIK ENSET -RABAT -UM5
M.HADDAD FS -UMI T.EL RHAFIKI ENSAM -UMI
M. CHAABA ENSAM -UMI B.I. BOUOULID ENSAM -UMI
A. LAAZIZI ENSAM -UMI K. CHERKAOUI ENSAM -UMI
M. EL JAI EEMGC -UEMF M.OUAZZANI JAMIL UPF
A.LAAROUSSI UPF M. EL BOUMASHOULI UPF
A. ALAMI HASSANI UPF A. GAGA UPF
Z. ITAHRIOUAN UPF F. HARCHLI UPF
S. FAQUIR UPF T. HAJJI UPF
M. BENABDELLAH UPF I.AKHRIF UPF
M. Elalaoui UPF
Comité Programme
M. KEROUAD FS MEKNES-UMI A.AHAITOUF FST FES-USMBA
Y.EL AMRAOUI ENSAM MEKNES-UMI P. HUOVILA VTT- Finland
M.ASBIK ENSET -RABAT -UM5 Y. REZGUI Cardiff University- UK
M.HADDAD FS MEKNES-UMI C. LIMA University of Western Pará- Brasil
A.AINANE FS MEKNES-UMI S. BENNANI DOSSE ENSA FES- USMBA
M.BEHAMMOU FS MEKNES-UMI A. MANSOURI ENSA FES- USMBA
L.BEJJIT EST MEKNES-UMI A.EL ARRIM FST TANGER-UAE
A. LAAZIZI ENSAM MEKNES-UMI A.KHAMLICHI FS TETOUAN-UAE
A. BOUATEM ENSAM MEKNES-UMI M.BEZZAZI FS TETOUAN-UAE
K. CHERKAOUI ENSAM MEKNES-UMI M. RGUIG EHTP CASABLANCA
H. AHRCHOUI FS MEKNES-UMI A.ADIDI INAU
M. EL JAI EEMGC-UEMF Y. BOUGHALEB UCD- EL JADIDA
A.REZZOUK FS FES -USMBA M.HAMEDOUN MAScIR
M.BAITOUL FS FES -USMBA F.ZERROUK EST FES-USMBA
J.KHARBACH FS FES -USMBA A.BENYOUSSEF MAScIR
I.ZORKANI FS FES -USMBA Y.MAACHI FONDASOL
A.JORIO FS FES -USMBA T.EL MALKI SETEC
A.SALI FS FES -USMBA N. BEAZZOUZ FMCI
N.BENZAKOUR FS FES -USMBA M. MAAROUFI PAATI & UPF
K.BOUSLYKHANE FS FES -USMBA M.OUAZZANI JAMIL FSI - UPF
A.HOURMATALLAH ENS FES -USMBA A.LAAROUSSI ESMAB- UPF
R.JABRANE FST FES-USMBA M. EL BOUMASHOULI FSI - UPF
N.ES-SBAI FST FES-USMBA I.AKHRIF FSI - UPF
A.MECHAQRANE FST FES-USMBA A. ALAMI HASSANI FSI - UPF
A.JAMIL EST FES-USMBA A. GAGA FSI - UPF
S.PINCEMIN EPF Montpelier- France T. HAJJI FSI - UPF
F. STEPHAN EPF Montpelier- France Z. ITAHRIOUAN FSI - UPF
K.LAFDI University of Dayton- USA E. MESSAOUD FSI - UPF
G. Halin CRAI Nancy - France S. FAQUIR FSI - UPF
M. BENABDELLAH UPF M. Elalaoui UPF
General Chairs
Chairs Name Etabissement Email Tel
Chair Mohammed OUAZZANI JAMIL UPF ouazzani@upf.ac.ma +(212) 6 63 43 97 06
Co- Chair Mohammed KEROUAD FS Meknès (UMI) m.kerouad@umi.ac.ma ...
Co- Chair Ahmed LAAROUSSI UPF laaroussi@upf.ac.ma +(212) 6 60 76 25 99

CONFERENCIERS

Image

Dr. Idriss El Azami El Idrissi

En janvier 2012, il est nommé ministre délégué auprès du ministre de l'Économie et des Finances chargé du Budget.
Depuis septembre 2015, Dr Idriss El Azami El Idrissi est élu Maire Président de la commune de Fès.

Titre de la conférence

FES, VILLE INTELLIGENTE

Biography

Dr Idriss El Azami El Idrissi, est titulaire du Diplôme des Etudes Supérieures de l’Institut d’Administration des Entreprises de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (2006) et du Diplôme des études financières, économiques et bancaires de Marseille. En 2001, il a décroché le Diplôme des études économiques à la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de l’Université Mohammed V-Agdal de Rabat. Il a obtenu aussi, le Diplôme du cycle supérieur de l’Ecole Nationale d’Administration (Rabat, 1997). En 1993, Mr Idriss El Azami El Idrissi obtint le diplôme de Doctorat en Chimie Appliquée de l’Université de Poitiers. En 1989, il a obtenu la licence en Chimie de la Faculté des sciences de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès.

Image

Pr. Abdelilah BENYOUSSEF

BIOGRAPHIE
AbdelilahBenyoussef a obtenu son doctorat d'état de l'Université Paris-Sud en 1983. Il est membre permanent de l'Académie marocaine Hassan II des sciences et de la technologie depuis 2006. Il est coordinateur national du pôle de compétences de la matière condensée. et modélisation des systèmes. Il est également rédacteur en chef du Moroccan Journal of Condensed Matter. Il est président de la Société marocaine de physique statistique et de la matière condensée. Les principaux sujets d'intérêt d'AbdelilahBenyoussef sont le calcul ab initio et la méthode Monte carlo dans la modélisation et la simulation de nouveaux matériaux pour les énergies renouvelables; Magnétisme et transition de phase dans la matière condensée; systèmes complexes et auto-organisation critique en physique statistique. Il est co-auteur de plus de 400 publications de recherche et chapitres de livres et d'environ 100 présentations de conférences, y compris de nombreux articles et conférences invités. Il a co-présidé ou co-organisé plusieurs conférences internationales. Il détient un certain nombre de brevets et a supervisé 40 candidats à la recherche de troisième cycle.

TITRE DE LA CONFERENCE

HYDROGEN ECONOMY FOR CLEAN CITIES

RESUME DE LA CONFERENCE
L’idée d’économie d’hydrogène a été lancée en 1970 à l’Université de Michigan par Lawrence J. Jones. Elle constitue un changement de la façon de produire et utiliser l’énergie ; en effet, elle considère l’hydrogène comme vecteur énergétique au lieu des hydrocarbures. Dans cette économie les aspects technologiques, logistiques et économiques sont intimement liés. Sa réussite dépend du développement des technologies de production, de transport, de stockage et d’utilisation de l’hydrogène. Pour que l’hydrogène soit un vecteur énergétique propre, il faut qu’il soit produit à partir des énergies renouvelables par des procédés qui ne libèrent pas de gaz à effet de serre. Parmi ces procédés, on cite :- l’électrolysepar photovoltaïque, par solaire thermique à concentration (CSP) et paréolienne-La thermolyse et la thermochimie par l’énergie solaire concentrée- ou encore laphoto-électrolyse par photovoltaïque et par solaire thermique à concentration, ….L’utilisation de l’hydrogène comme carburant dans les voitures connait un important développement. Il est utilisé dans les moteurs à combustion interne avec une efficacité de 38% (8% de plus que le moteur à essence) et dans les voitures à piles à combustibles (PC). Cependant, l’avenir des voitures à hydrogène est lié au développement des piles à combustibles.Pour atteindre cet objectif plusieurs thèmes de recherche scientifiques se sont développés autour des piles à combustibles à membranes échangeurs de protons, on cite ici quelques exemples ; (i) couches minces nanométriques comme catalyseurs dans les membranes des électrodes, (ii) augmenter la puissance émise par gramme de métal précieux dans les électrodes, (iii) développer des catalyseurs à base de métaux non précieux.Le stockage de l’énergie sous forme d’hydrogène est un domaine qui a reçu beaucoup d’intérêt de la part des chercheurs, c’est un domaine prometteur. L’hydrogène est considéré comme un bon vecteur énergétique.L’hydrogène qui est produit de façon propre doit être stocké de manière efficace, avec une bonne gravimétrie, volumétrie, cinétique, et thermodynamique. C'est-à-dire un réservoir léger, de petite taille, qui se remplit et se vide rapidement, et fonctionne à des températures et pressions normales. Ce réservoir doit avoir des performances supérieures à celles des réservoirs utilisés actuellement qui ont pour défaut d’avoir une pression trop élevée (stockage sous compression), trop couteux (stockage par cryogénie) en plus des problèmes de fuites. La recherche d’un tel réservoir est une activité de recherche scientifique intense dans le domaine des hydrures sous différentes formes covalent, métallique et complexe et différentes dimensions massives, couches minces, nanofiles et nanotubes, et nanoparticules.

Image

M. Monsef BERBICHE

BIOGRAPHIE
M. Monsef BERBICHE a obtenu son Doctorat en 1990 à l’Université Paul Sabatier, Toulouse, en Electrotechnique, Automatique et Informatique Industrielle sur la stabilité transitoire des réseaux d’énergie électrique avecapplication sur le réseau national de production et de transport de l’ONEE. Après avoir exercé le métier d’enseignement en Maîtrise Electronique, Electrotechnique et Automatique à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, il est rentré au Maroc où il a occupé plusieurs fonctions au Ministère de l’Intérieur, notamment directeur des régies de Kénitra (RAK) et de Marrakech (RADEEMA). Entre 2006 et 2014, Mr. Monsef BERBICHE a été Directeur à VEOLIA SERVICES A L’ENVIRONNEMENT MAROC à Rabat et tout récemment, il a été désigné Directeur Général du Centre de Recherche pour l’Environnement, l’Energie et les Déchets (CREED), auprès de VEOLIA SERVICES A L’ENVIRONNEMENT MAROC à Rabat.

TITRE DE LA CONFERENCE

LE PARTENARIAT PUBLIC PRIVE. UN INSTRUMENT D’AMELIORATION DE LA GOUVERNANCE D’UNE SMART CITY. CAS DE LA GESTION DELEGUEE DES SERVICES DE DISTRIBUTION D’EAU ET D’ELECTRICITE ET D’ASSAINISSEMENT LIQUIDE A RABAT-SALE

RESUME DE LA CONFERENCE
La ville intelligente est souvent comprise comme une ville qui compte sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour assurer ses principales fonctions urbaines, en optimisant la gestion des ressources, en améliorant les rendements des services, en appuyant les services de sécurité, en réalisant des économies, en préservant l’environnement,… Quel que soit le modèle adopté, les solutions technologiques offertes sont diverses et variées, comportant des bâtiments intelligents, des infrastructures de télécommunication appropriées, des techniques de production d’énergie ou de gestion des déchets, etc… La ville intelligente qui en résulte est un projet global intégrant le numérique dans les infrastructures urbaines pour permettre une interconnexion des services urbains favorisant la centralisation des informations produites par ces activités et aboutissant à une gestion automatisée de l’agglomération. Partant de cette idée de projet global, le développement d’une ville intelligente ne se limite pas uniquement à la gestion électronique et télématique de ses services, mais, consiste à repenser totalement les méthodes de gestion de la ville et sa gouvernance. D’où, une importance accordée à la dimension institutionnelle, complétant la seule approche technique et technologique. L’objectif de cette intervention est de faire ressortir cette importance, rejoignant l’urbaniste anglais Dan Hill qui adopte le même point de vue appelant à accorder plus d’attention à la dimension gouvernance qu’aux questions du numérique car si rien n’est fait au niveau de la première, les vrais problèmes de la ville ne seraient pas suffisamment pris en considération. Les ingrédients d’un projet de ville intelligente sont essentiellement une technologie, des moyens de financement et un modèle d’organisation. Le partenariat public privé est en mesure de répondre à ces préoccupations et d’apporter les composantes ci-dessous. La gestion déléguée des services de distribution d’eau et d’électricité et d’assainissement liquide à Rabat-Salé est un cas intéressant dans ce domaine et qui mérite d’être exposé à l’occasion de ce 1er congrès de la prestigieuse université privée de Fès dédié à un des volets essentiels de la ville intelligente, celui du bâtiment approprié.

Image

Dr. Sandrine PINCEMIN

BIOGRAPHIE
Dr. Sandrine PINCEMIN est Enseignante – Chercheure à l’EPF école d’ingénieur(e)s, Responsable de la filière Energie et de l'orientation Energies Conventionnelles et Durables (ECD) Elle a obtenu en 2002 un Diplôme d’Ingénieur en Spécialité Mécanique Energétique à l’Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille, ex-IUSTI (13). Elle a ensuite obtenu en 2007 un Doctorat en Génie des procédés au laboratoire PROMES Perpignan (PROcédés Matériaux et Energie Solaire, 66) dans le domaine des matériaux composites de hautes performances énergétiques pour le stockage d’énergie. Elle a ensuite travaillé de 2007 à 2012 comme Ingénieur Etudes & Recherche au CSTB Pôle Energies renouvelables (06) dans le domaine du stockage d’énergie (Thermique et Electrique) pour les bâtiments à basse consommation et à énergie positive en lien avec le Grenelle de l’environnement. Sandrine PINCEMIN travaille depuis 2012 à l’EPF (ex- Ecole Polytechnique Féminine), campus de Montpellier où elle est co-responsable de la Majeure Energie Environnement. Elle effectue sa recherche au sein de l’Institut d’Electronique du Sud (UMR CNRS 5214) à l’Université Montpellier. Ses domaines de recherche concernent la production d’électricité par les cellules solaires photovoltaïques à concentration, le bâtiment méditerranéen (besoins, le froid en région méditerranéenne, et la modélisation thermique / électrique du bâtiment méditerranéen et optimisation) et l’autoconsommation.

TITRE DE LA CONFERENCE

PANORAMA SUR L’AUTOCONSOMMATION, DU BATIMENT A LA VILLE DURABLE.

RESUME DE LA CONFERENCE
Une des résultantes du contexte énergétique actuel est la démarche de bâtiments et villes durables amorcée depuis plusieurs années. En effet, la diminution de la ressource fossile, l’accroissement de la demande énergétique, la nécessité de réduction des émissions de gaz à effet de serre et donc de l’impact environnemental nécessitent le développement de nouvelles approches dans des secteurs énergivores. Parmi les vecteurs de ces mutations, le développement des énergies renouvelables et la maitrise de la demande, notamment dans le secteur résidentiel, gros consommateur d'énergie, s’avèrent être des solutions intéressantes. Si on se focalise sur la volonté de diminution de l’impact environnemental, il en découle une notion de meilleure prise en compte de la géographie. Si on se focalise sur la part énergie et le lien avec le bâtiment, l’action entreprise ne doit pas se limiter à l’introduction des énergies renouvelables et la diminution de la consommation énergétique. Des approches plus globales, de gestion de l’énergie sont nécessaires, tant à l’échelle du bâtiment qu’aux échelles supérieures telles que l’ilot, le quartier et la ville afin de bénéficier du foisonnement des besoins, des ressources et de la mutualisation des systèmes. Par extension, en découle la notion de valorisation de l’énergie produite en locale et consommée en locale, c’est-à-dire l’autoconsommation. Après avoir défini l’autoconsommation et autres phénomènes associés, le lien avec le bâtiment et la ville durable sera présenté et illustré via les diverses expérimentations.

Image

Pr. AHAITOUF Ali

BIOGRAPHIE
-Professeur de l'enseignement supérieur
-Directeur Laboratoire Energies Renouvelables et Systèmes Intelligents
-Responsable Equipe Microélectronique et Systèmes Embarqués
Pr. Ali HAIATOUF, enseignant chercheur à la faculté des Sciences et Techniques, Université Sidi Mohammed Ben Abdellah à Fès. Il a obtenu son doctorat en électronique en 1998 et le doctorat de l’Université de Metz en juin 1992. Il est directeur du laboratoire Energies Renouvelables et Systèmes Intelligents et coordonnateur de l’équipe Microélectronique et Systèmes embarqués. Ses recherches couvrent les composants électroniques et microélectronique, la conception des circuits intégrés analogiques et numériques ainsi que les cellules solaires multi-jonction pour le photovoltaïque sous concentration. Il travaille en collaboration avec plusieurs laboratoires internationaux parmi lesquels l’Unité Mixte Internationale Georgia-Tech-CNRS où il a séjourné pendant une année et a occupé une chiar d’excellence en 2014. Il a écris et coécris plus de quarante articles dans des revues internationales. Il a aussi dirigé plus d’une douzaine de thèse de Doctorat dont un certain nombre en cotutelle.

TITRE DE LA CONFERENCE

PHOTOVOLTAÏQUE A CONCENTRATION : PRINCIPE ET INGENIERIE

RESUME DE LA CONFERENCE
Le photovoltaïque sous concentration est l’une des voies les plus prometteuses pour la génération de l’électricité dans les zones à fort ensoleillement, comme le Maroc. C’est une alternative sérieuse pour les panneaux solaires classiques qui ont des rendements limités et souffrent de la chaleur. Le photovoltaïque à concentration utilise des éléments optiques pour concentrer le rayonnement sur des cellules de petites surface, mais à fort rendement. Des rendements dépassant 45% ont été certifiés pour ces cellules, multi-jonction qui absorbent une grande partie du spectre solaire. L’objet de cette conférence est de faire connaître cette variante du photovoltaïque et de mettre l’accent sur les principes physiques utilisés pour l’ingénierie des éléments optiques de concentration. Nous aborderons aussi la loi de l’étendue, qui traduit le fait que le flux lumineux est conservatif et qui fixe la géométrie de tout système optique. Des exemples de simulation et de conception seront exposés et leur qualification en terme d’efficacité, d’angle d’acceptance et d’homogénéité du flux seront discutées.

Image

M. Mohammed Mouhcine MAAROUFI

BIOGRAPHIE
M. Mohammed Mouhcine MAAROUFI possède une grande expertise tant au niveau de la direction, de la planification et du développement des projets qu’au niveau des études, du contrôle et de l’audit pour assurer une amélioration continue. Les projets qu'il a traités se développent dans divers types de domaines. Titulaire d’un Diplôme d’ingénieur d’Etat et d’un Diplôme d’Etudes Approfondies en génie civil – option génie civil de l’École National des Travaux Publics de l’Etat de Lyon et de l’École Hassania des Travaux Publics de Casablanca, M. MAAROUFI a pu perfectionner ses acquis en management des projets, par une formation sur la gestion des entreprises à l’ISCAE et un Mastère en management des projets au Collège Polytechnique de Paris. Fort de ces formations conjuguées à son expérience de 20 ans dans la gestion de projets d’infrastructures d’envergures au Maroc mais aussi en Mauritanie, Sénégal, Burkina Faso, Cameroun, Niger, Mali, Côte d’ivoire, Guinée, Tchad et Gabon lui a permis une maîtrise du secteur et plus particulièrement sur les aspects liés à la conception, réalisation et suivi des grands projets d’infrastructures. M. MAAROUFI qui a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein du bureau d’études Marocain CID est actuellement directeur et représentant au Maroc du Groupe Espagnol GRUPO TECOPY. M. MAAROUFI est enseignant à l’Université Privé de Fès et membre de l’association AMDIC.

TITRE DE LA CONFERENCE

VILLE INTELLIGENTE - MOBILITÉ INTELLIGENTE

RESUME DE LA CONFERENCE
La compétitivité des villes modernes ne dépend plus seulement de l’importance de ses infrastructures « son capital physique », ou de leur dotation en Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) « villes en réseau » mais aussi, et de plus en plus, de la disponibilité et la qualité de la communication du savoir « capital intellectuel », et l’infrastructure sociale « capital social et capital environnemental ».
La « mobilité intelligente » constitue un des piliers du concept de la « ville intelligente » et contribue à avoir une ville humaine, inclusive, résiliente et durable.
En effet, la planification « mobilité intelligente » contribue à résoudre plus stratégiquement les problèmes liés aux transports des villes.
Elle permet surtout de :
• Avoir des villes plus inclusives dotées d’une meilleure qualité de vie ;
• Améliorer la qualité de l’air et diminuer les nuisances sonores ;
• Améliorer l’efficacité énergétique des véhicules ;
• Promouvoir le report modal vers les modes actifs et le transport public et améliorer l’accessibilité ;
• Réduire la congestion et gagner en temps de transport ;
• Réduire le nombre des victimes de la route ;
• Améliorer la performance et l’attractivité économique.
Enfin, la « mobilité intelligente » ne pourra être mise en œuvre qu’à travers la réduction du volume des déplacements effectués en transport individuel motorisé et le développement des modes de transports durables, incluant les modes doux (vélo et marche), les véhicules plus propres, les transports publics plus particulièrement les transports à haute capacité, les déplacements intermodaux comme le covoiturage.

Image

Pr. Brahim BENHAMOU

BIOGRAPHIE
Scientific Responsible of the EnR2E Laboratory, Nat. Center for Research & Studies on Water and Energy www.ucam.ac.ma/CNEREE Local Coordinator of the Pole of Competences Energy at UCAM Secretary General of the Moroccan Association of Thermal Sciences. Le professeur Brahim BENHAMOU est titulaire d'un doctorat en génie mécanique de l'Université de Sherbrooke, Canada. Il est actuellement professeur à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM), au Maroc. Ses recherches portent sur les applications de transfert de chaleur et de masse (HMT), d'efficacité énergétique dans les bâtiments (EEB) et d'énergie solaire thermique (usines de dessalement et de CSP). Il est le coordinateur ou a participé à plusieurs projets nationaux et internationaux financés sur les applications de l'énergie solaire thermique et l'efficacité énergétique dans les bâtiments. L'un des projets financés, qui est toujours en cours, dirigé par Benhamou, s'intitule «Systèmes passifs de rafraîchissement de l'air dans les bâtiments de la zone climatique de Marrakech». Il est co-auteur de 29 articles de revues à comité de lecture et de plus de 100 articles de conférence. Il est responsable du «Laboratoire des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique» (EnR2E) au Centre national d'études et de recherche sur l'eau et l'énergie (CNEREE) affilié à l’UCAM.

TITRE DE LA CONFERENCE

ENERGY PERFORMANCE ASSESSMENT OF PASSIVE AND SEMI-PASSIVE TECHNIQUES IN BUILDINGS IN SEMI-ARID CLIMATE






RESUME DE LA CONFERENCE
This study aims at investigating the effect of the combination of many passive and semi-passive techniques and systems on thermal performance of three residential buildings in Marrakech (hot and semi-arid climate). The considered techniques and systems are: thermal insulation, high thermal inertia, overhangs, the hollow core slab, the earth-to-air heat exchanger (EAHX). The impact of these systems and techniques on cooling/heating thermal loads and indoor thermal comfort is analyzed by means of TRNSYS dynamic simulation as well as on-site monitoring. The studied buildings are two floor detached or semi-detached houses. Two of them are supposed to be passive houses while the third one is a single family modern type house according to the Moroccan buildings' classification. One of the buildings is located in the Green City of Benguerir in Marrakech region (Morocco). The numerical results were successfully checked by comparison with the experimental ones from on-site long term and midterm monitoring. The results show that the studied systems and techniques have a remarkable effect on the indoor temperatures and thermal comfort. It is concluded that, high thermal inertia combined with the roof's thermal insulation along with well designed South oriented glazing overhangs for sun protection are the most appropriate techniques for the reduction of buildings' cooling/heating loads in semi-arid climates. Furthermore, it was stated that the EAHX is an appropriate semi-passive system for air cooling in such climates.

Image

M. Mohammed EL ANBASSI

BIOGRAPHIE
M. EL ANBASSI est Architecte DPLG, Diplôme de 3ème cycle Post-grade de montage d’opérations immobilières et formé en accessibilité par l’ARVHA et le Ministère de la culture Française et dans le bâtiment passif à Paris en France. Il a à son actif plusieurs réalisations relatives : - au schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme des communes périphériques de l’agglomération de Marrakech, 30 communes autour de Marrakech, - aux Plans d'aménagements - aux études d'aménagement en se référant aux critères du développement durable. - A l'aménagement du territoire et réalisation de projets d'architecture liés au développement durable dans le cadre de l’INDH. - Aux projets d'architecture se référant aux critères du développement durable.

Image

M. Rachid BOUQARTACHA

BIOGRAPHIE
M. BOUQARTACHA est Architecte DPLG, ancien Chef de Service des Etudes Techniques et Procédés à la Direction des Affaires Techniques du Ministère de l'Habitat. Et ex Directeur de l’Institut de la construction en matériaux locaux « Instituterre » à Marrakech. Il a enseigné "les Matériaux locaux et architecture " et "l’Eco-construction et architecture durable" aux Ecoles Nationales d’Architecture de Rabat et de Marrakech. M. BOUQARTACHA est Lauréat du 2ème prix de l’innovation Bâtiment au nom de l’Institut-Terre au 7ème Salon International du Bâtiment 98 à Casablanca. Il est également auteur et co-auteur de plusieurs projets d’études, de réhabilitation et de construction en matériaux locaux ou en matériaux conventionnels. M. BOUQARTACHA est : consultant à l’échelle internationale dans le domaine de la construction en matériaux locaux, membre du Conseil Régional des Architectes du Tensift (1994-2006), Vice-Président du Conseil Régional des Architectes du Tensift (2004-2006), membre du Conseil National de l'Ordre des Architectes (2008-2011), Président de l'Association "Eco construction et Architecture Durable".

TITRE DE LA CONFERENCE

ÉCO-CONSTRUCTION ET DEVELOPPEMENT DURABLE

RESUME DE LA CONFERENCE
L'éco-construction est un domaine qui a développé beaucoup d’études et de recherche mais qui a connu trop peu de réalisations d’envergure aussi bien au Maroc que dans d’autres pays à travers le monde. Ses rares applications sur le terrain sont de petites opérations expérimentales ponctuelles. Seule une opération importante en zone urbaine à Daoudiat à Marrakech, appelée "Diour Al Massakine" en 1963, àvu se réaliser 2800 logements en blocs de terre comprimée. Or, l’utilisation de ces matériaux est très ancienne aussi bien en milieu urbain qu'en zone rurale. Offrant une architecture riche, diversifiée et adaptée aux spécificités locales, elle a, malheureusement, été délaissée au profit de matériaux modernes comme le ciment, l’acier et produits dérivés. Ceci a provoqué le déclin d’un savoir faire traditionnel et provoquant la dégradation de la qualité des constructions. Au fil des temps, le matériau local est devenu «secondaire » cédant la place au ciment et au fer, considérés comme "conventionnels", apportant modernité et promotion sociale. Pourtant, des efforts considérables ont été déployés dans la recherche et l’expérimentation, pour moderniser la construction en terre avec une approche scientifique améliorant ses caractéristiques mécaniques et sa mise en œuvre. Malgré cela, le discrédit perdure et se traduit par un manque de confiance de la part des usagers. Il apparaît donc clairement que la promotion de l'éco-construction, devra passer par une vraie politique de sensibilisation, d’information et de formation, démontrant les possibilités techniques et l’économie durable que cela engendre. Le ciment et l’acier, principaux éléments constitutifs du système constructif actuel sont grands consommateurs d’énergie lors de leur fabrication et de devises écoulées dans l’importation de certaines matières et de royalties correspondant aux droits d’utilisation de procédés brevetés….

Image

Pr. Abdérafi CHARKI

BIOGRAPHIE
Pr. Abdérafi CHARKI réalise ses travaux de recherche au sein du laboratoire LARIS (Laboratoire Angevin de Recherche en Ingénierie des Systèmes) de l'Université d'Angers. Ses travaux portent essentiellement sur l'estimation des incertitudes de mesure et sur l'évaluation de la fiabilité des systèmes. Expert en métrologie et en qualité, il est impliqué dans plusieurs projets Européens tels qu’AFREQEN (Un projet européen Erasmus+ pour contribuer au développement de l’accès à l’énergie, à l’indépendance énergétique, à la promotion des énergies renouvelables et à la préservation de l’environnement en Afrique du Nord et de l’Ouest par le renforcement des compétences des professionnels œuvrant dans les secteurs de l’énergie et de l’environnement). Il est aussi impliqué dans le projet de l'Agence Nationale de Recherche (ANR) OMEGA (Outils MEthodologiques pour la GArantie de performance énergétique) sur le volet "Villes et Bâtiments Durables".

TITRE DE LA CONFERENCE

INCERTITUDE DE MESURES ET EVALUATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE D'UN BATIMENT

RESUME DE LA CONFERENCE
La Garantie de Performance Energétique est aujourd’hui un élément clé pour garantir à l’utilisateur d’un bâtiment une consommation d’énergie annuelle réelle maîtrisée dans des conditions normales d’utilisation. Le sujet de la conférence concerne un travail réalisé dans le cadre du Projet ANR OMEGA (Outils MEthodologiques pour la GArantie de performance énergétique). Ce travail a porté d’une part sur l’estimation des incertitudes de mesure sur les paramètres d’entrée utilisés en simulation thermique d’un bâtiment et d’autre par sur le développement d’un outil de détection de défauts et de dérives de fonctionnement d’un bâtiment. L’outil développé permet de prendre en compte les données mesurées et simulées. Les difficultés liées à la caractérisation des incertitudes de mesure sont présentées. Une application concrète sur un bâtiment instrumenté est illustrée dans l'optique de hiérarchiser les causes probables d’un défaut observé vis-à-vis de la performance énergétique. Les résultats ont été obtenus à partir de données capitalisées, pour plusieurs situations simulées d’injection de fautes telles que l’augmentation de la température de consigne de chauffage et la dégradation du coefficient de transmission des vitrages du bâtiment

Image

Mr .Tarik ELMALKI

BIOGRAPHIE
M. Tarik EL MALKI a 13 ans d'expérience professionnelle dans le domaine des études géotechniques. Après avoir travaillé pour le compte de CID et ICE/SEPIA il a rejoint Semartec en tant que directeur de projet et responsable de l'activité géotechnique de Semartec au Maroc. Il a acquis une réelle expertise à travers des projets de haute valeur ajoutée où la connaissance du terrain et la maitrise des outils de calculs géotechnique vont de paire. On en cite, le projet de la LGV Kenitra Tanger que ce soit en ouvrages d'Art ou en ouvrages en terre. Il intervient aussi en tant qu'expert sur l’analyse des conditions constructives, des orientations de conception sur les projets présentant une interface sol-structure prédominante. Mr. Tarik EL MALKI est double diplômé, en 2004, de l’Ecole Hassania des Travaux publics (Maroc) et de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (France). En 2006, il obtint un Master es science en génie civil de l’Université de Sherbrooke - Québec, 2006.

TITRE DE LA CONFERENCE

SOLS COMPRESSIBLES ET LES SOLUTIONS DE RENFORCEMENT PAR INCLUSIONS RIGIDES OU SOUPLES

RESUME DE LA CONFERENCE
Le développement du tissu urbain de nos jours impose la création de nouvelles voies de raccordement entre pôles urbains, ainsi, de nouvelles routes, autoroutes et voies ferrées voient le jour de plus en plus, particulièrement dans les deux dernières décennies. Au Maroc en particulier, la création de la ligne à grande vitesse à titre d'exemple s'est vue affronter à des défis géotechniques majeurs en traversant plusieurs plaines alluviales constituées de terrains compressibles. Ces terrains sont caractérisés par leur paramètres mécaniques médiocres ce sui nécessite une amélioration du sol d'assise par des techniques appropriées pour en améliorer la portance et réduire les tassements des ouvrages au futur. Parmi les techniques les plus utilisées dans le cadre des tracés linéaires, on retrouve l'amélioration des sols par inclusions souples de type drains verticaux ou colonnes ballastées ou par des inclusions dites rigides constituées en béton. Dans le cadre des travaux du congrès Les bâtiments et Villes durables, nous avons choisi de partager avec les participants la thématique du renforcement du sol par inclusions rigides ou souples, en effet, la durabilité escomptée passe par des liaisons entre agglomérations aussi durables et donc par des voies (routes/autoroutes ou liaisons ferroviaires) le plus stables possible dans le temps. Il s'agit d'un sujet qui interpellera la curiosité des participants dans la mesure où il aborde une thématique assez pointue dans le domaine de la géotechnique moderne. A ce titre, nous allons présenter dans un premier temps la problématique des sols compressibles et leur impact sur les ouvrages en terre, en particulier sur les remblais et les culées des ouvrages d'Art. Ensuite, nous allons présenter les différentes solutions qui permettent de surmonter les problèmes de traversées des zones compressibles en particulier par le renforcement aux colonnes ballastées, drains verticaux et ensuite les inclusions rigides. Une explication du mécanisme de fonctionnement sera présentée en vue de sensibiliser les participants et futurs décideurs aux moyens de vérifications théoriques offertes dans les règlements en vigueur. Pour finir, la présentation sera enrichie par des exemples d'utilisations et illustrations sur des projets au Maroc ou à l'étranger tout en mettant l'accent sur l'approche technico-économique des différentes solutions.

ENREGISTREMENT

Doctorants

DH600
  • Ces frais incluent les repas de midi,
  • les pauses café,
  • les documents.
DH 500
  • Publication dans « Materials Sciences and Engineering »
ENREGISTREMENT

Enseignants Chercheurs

DH1 000
  • Ces frais incluent les repas de midi,
  • les pauses café,
  • les documents.
DH 500
  • Publication dans « Materials Sciences and Engineering »
ENREGISTREMENT

Professionnels

DH1 000
  • Ces frais incluent les repas de midi,
  • les pauses café,
  • les documents.
DH 500
  • Publication dans « Materials Sciences and Engineering »
ENREGISTREMENT

LE LIEU: L’Université Privée De Fès (UPF)

Image Image Image Image Image